Véronique Riches-Flores

France : la glue !

Conso FR

La révision à la baisse du PIB français du deuxième trimestre, à -0,1 % contre zéro en première estimation, réduit un peu plus les chances de voir la croissance 2016 parvenir à dépasser celle de 2015 (1,2 %). Si les bonnes nouvelles en provenance des PMI ce matin permettent de voir l’avenir de manière plus sereine qu’au cours des derniers mois, c’est, au mieux, sur la croissance du quatrième trimestre que ces bons résultats porteront leurs fruits, après, toutefois, un nouveau revers vraisemblable au troisième trimestre.

… (Suite…) →

Pas de panique, la hausse des taux c’est pas pour tout de suite, on attendra les élections pour y voir plus clair… ça promet !

Communiqué, conférence de presse, décryptage des mots, tournures, assurance de Janet Yellen, le rituel post FOMC bat son plein, comme c’est le cas depuis deux ans après chaque réunion du comité de politique monétaire de la FED, toutes les six semaines. Pour autant, rien de nouveau. Les dés restent suspendus à cette phrase « le comité estime que le cas pour une hausse des taux des Fed Funds s’est accru, mais il a décidé, pour l’instant, d’attendre d’avoir plus d’évidence d’une poursuite des avancées vers ses objectifs ». Sage décision car ces évidences pourraient se faire attendre encore longtemps à en juger par la tournure récente des indicateurs économiques américains. Dès lors, si notre analyse est la bonne, l’inconfort de Janet Yellen lors de sa conférence de presse, ne devrait pas durer, à moins que celui-ci soit lié à d’autres préoccupations, celle, entre autres, d’être sur un siège éjectable en cas de victoire de Donald Trump à la présidentielle du 8 novembre prochain, une hypothèse de plus en plus difficile à ignorer. Bien plus que les tergiversations sur l’évolution de la fonction de réaction de la FED, qui ont su faire diversion jusqu’à aujourd’hui, le dossier chaud n’est plus entre les mains de Janet Yellen mais bel et bien entre les mains des électeurs américains. Que la Fed agite ou non l’hypothèse d’une hausse de ses taux avant la fin de l’année a, dans une telle perspective, bien peu d’importance au regard des risques qu’encourrait l’économie américaine et le reste du monde en cas de victoire du candidat républicain D. Trump. Il est, dans cette perspective, peu probable que cette nouvelle absence de décision de la FED, du reste largement anticipée, ait un quelconque impact significatif sur les marchés financiers, au-delà des atermoiements sans conséquence de la Banque du Japon dont la devise ne va clairement pas dans la direction recherchée… … (Suite…) →

BoJ : le grand mécano

Ce matin la Banque du Japon annonce une grande nouvelle : elle déplace son objectif sur la pentification de la courbe des taux d’intérêt plutôt que sur le montant de ses achats d’actifs ! En d’autres termes :

  1. la BoJ se donne un peu plus de flexibilité, histoire, le cas échéant de contrer les mouvements intempestifs des marchés ;
  2. elle veille sur ses établissements financiers, lesquels n’ont guère été à la fête avec l’instauration de taux négatifs;
  3. enfin, et surtout, elle s’arroge tous les pouvoirs, ayant dorénavant entre les mains :
  • non plus le seul niveau des taux courts, traditionnel,
  • mais celui, de facto, des taux longs, dès lors qu’elle vise un objectif de courbe des taux,
  • sans oublier la main mise sur le marché d’actions via son programme d’achat d’ETF…

La BoJ étant traditionnellement friande d’interventions sur les marchés des changes, que n’a-t-elle pas en son pouvoir ? … (Suite…) →

Entre les lignes des turbulences obligataires : Janet, Mario ou, déjà, D. Trump ?

taux

Pour qui suit de près les développements de marchés, il se passe des choses étranges du côté obligataire. Au cours des sept derniers jours, les taux des emprunts d’État à long terme ont, en effet, enregistré une remontée notable dans le monde développé. Négligeables, au vu du très bas niveau persistant des taux d’intérêt, ces mouvements n’en sont pas moins intrigants dès lors qu’aucun des fondamentaux qui jusqu’alors guidaient les évolutions de ces marchés ne permet véritablement d’expliquer cette volte-face. Y-a-t-il des éléments de rupture, de quel type et quels en sont les enjeux ?

… (Suite…) →

Les prix des services médicaux, élément le plus cyclique de l’inflation américaine !

image (2)

La hausse de 0,3 % m/m de l’indice des prix à la consommation au mois d’août n’est pas de nature à calmer les esprits, dans le contexte particulièrement instable de ces derniers jours sur la politique de la FED. Si le taux d’inflation total conserve des niveaux très faibles, de 1,1 % seulement, l’inflation dite sous-jacente, hors énergie et produits frais, remonte, elle, de 2,2 % à 2,3 % entre juillet et août, de quoi faire grincer les dents des plus anxieux des membres du board sur le risque inflationniste.

À y regarder de plus près, pourtant, il y a dans les statistiques d’aujourd’hui bien peu d’éléments probants d’une accélération des tensions sur les prix. Les prix des biens durables continuent à baisser sur une tendance annuelle de -2 % l’an, identique au mois de juillet. .

… (Suite…) →

Very bad trip – 2

vbt1

Dans le combat pour ou contre une hausse des taux américains qui a opposé ces derniers jours quelques uns des membres les plus influents de la FED, Lael Brainard a incontestablement eu le nez plus fin que Messieurs Fischer, Rosengren ou Lockhart, à en juger par la panoplie de données publiées aujourd’hui. Quel que soit, en effet, le degré de confiance porté par ces derniers sur les perspectives américaines, les résultats ne sont assurément pas là ! Première mauvaise nouvelle, les ventes de détail ont reflué de 0,3 % en août, après un mois de juillet déjà médiocre au cours duquel les données révisées ressortent à 0,1 % seulement. Si les bons chiffres du mois de juin permettent encore de « sauver » le trimestre en variations nominales, avec un acquis de croissance de 0,4 %, pas sûr toutefois que tel puisse être le cas en volume. Quant à la performance annuelle des ventes de détail, elle ressort à 1,9 % ce qui correspondrait, à niveau de prix inchangés entre juillet et août, à une augmentation de moins de 1 % en volume sur un an ; assurément rien de bien palpitant.

… (Suite…) →

La FED, la BoE ou le policy-mix ? Les raisons à l’origine de la chute des marchés ne sont pas des plus limpides.

image

Alors que les propos du Président de la FED de Boston, Eric Rosengren, semblent avoir mis le feu aux poudres vendredi, faisant en particulier s’envoler les taux d’intérêt mondiaux, la solidité de l’euro et du yen peine à valider l’idée que ces seules déclarations soient à l’origine du mouvement de correction des bourses et marchés obligataires mondiaux. M. Rosengren, membre votant du comité de politique monétaire, avait déjà pris position pour une hausse des taux directeurs. Si l’on peut voir dans ses propos la confirmation d’un scénario largement attendu d’une FED plus « hawkish » en septembre qu’en juillet, nous ne voyons pas dans cette intervention de quoi augmenter significativement la probabilité d’une hausse effective des taux directeurs la semaine prochaine.

… (Suite…) →

Eurostoxx – Soyons fous, ou opportunistes, un temps.

EUROSTOXX et banques

Notre relative confiance dans la tenue de l’Eurostoxx ces dernières semaines a surpris nombre de nos lecteurs. Comment justifier, en effet, ce positionnement dans le contexte présent de valorisations relativement élevées, de médiocrité des tendances économiques, au moment où les banquiers centraux sont de plus en plus clairement dans l’impasse ? Eclairage sectoriel.

… (Suite…) →