D. Trump-peau-de-chagrin, de loin le meilleur parti pour l’économie américaine et les marchés

Les revers successifs du président américain interrogent sur sa capacité à mener à bien son programme. Avec l’abandon de son premier projet de refonte de l’Obamacare, D. Trump aura du mal à recueillir l’approbation des Républicains sur sa réforme fiscale ou son plan de dépenses d’infrastructures dont le financement ne peut plus être assuré par les économies escomptées de la santé. Ses difficultés sur le front de l’immigration posent également la question de la mise en application de ses mesures les plus radicales à l’égard des travailleurs étrangers. Au bout du compte, il pourrait rester bien peu de choses des ambitions initiales du candidat, au-delà de ses choix désastreux sur le front environnemental. Après avoir applaudi à son arrivée à la Maison Blanche par une salve de records boursiers, les marchés ne savent plus trop que penser. En mars, l’indice S&P 500 s’est cherché, pour finalement terminer stagnant quand l’Eurostoxx s’adjugeait presque 5 % de hausse quand le dollar, propulsé aux lendemains de l’élection sur un record de plus de 15 ans, a reperdu environ 3 % de sa valeur. A tout choisir, pourtant, le parti d’un D. Trump-peau-de-chagrin est assurément meilleur pour l’économie américaine que sa version originale.

Télécharger l’hebdo

Partager ceci :
Share