L’honneur perdu de Theresa May

Le pari d’élections anticipées dont le résultat était censé permettre de renforcer le positionnement de l’équipe au pouvoir et de lui offrir plus de marges de manœuvre dans les négociations avec l’UE sur le Brexit, était risqué dès ses début (Voir à ce sujet BREXIT, ce n’est que le début du 18 avril). Il semble aujourd’hui quasiment perdu et de facto de plus en plus périlleux pour Theresa May. Si les sondages permettent encore d’envisager que la première ministre britannique conserve la majorité au Parlement, la capacité des Conservateurs de se renforcer est loin d’être acquise quand l’hypothèse d’une perte pure et simple de majorité absolue ne peut, désormais, plus être exclue.

En d’autres termes, l’incertitude à l’égard des résultats des élections de jeudi est extrême. Or, de ceux-ci dépend l’avenir du pays, en particulier à l’égard de l’Europe.

Partisane d’un « hard Brexit » que l’on est tenté de définir par les propres mots de Mme May, à savoir : « préférer un Brexit sans accord avec les autres pays de l’UE, à un Brexit assorti d’un mauvais accord », la première ministre avait vraisemblablement en tête de profiter d’une majorité renforcée pour soutenir une stratégie relativement rapide de sortie du Royaume-Uni de l’UE en évitant des débats à rallonge, tant sur le front domestique qu’européen, sur les multiples sujets épineux des négociations à venir. Cette stratégie, qui ne disait rien sur l’impact économique du processus enclenché, offrait néanmoins la possibilité d’éviter l’enlisement et de réduire la période d’incertitude.

L’absence de majorité renforcée ou, pire, la perte de majorité absolue des Conservateurs, risque, au contraire, de compliquer les négociations, de fragiliser le positionnement des Britanniques, éventuellement désunis, face aux européens et de prolonger la période d’incertitude, donc l’exposition de l’économie britannique aux conséquences néfastes de la transition vers un Brexit. Elle peut accroitre, a contrario, les chances d’un Brexit moins radical. En effet, bien que Jeremy Corbyn, leader des Travaillistes, se dise soucieux de respecter l’expression des Britanniques à l’occasion du référendum de l’an dernier, son positionnement à l’égard de l’Europe est nettement moins catégorique que celui de T. May, visant en particulier, à conserver l’accès au marché commun européen. Si l’on voit mal quel compromis pourrait permettre d’aboutir à un tel accord avec l’UE, une montée des Travaillistes pourrait accroître l’éventualité d’un « soft Brexit », à terme moins pénalisant pour l’économie britannique.

Dans un cas comme dans l’autre, sauf surprise d’un élargissement effectif de la majorité Conservatrice, ces élections ne devraient guère soutenir la livre Sterling, en particulier contre l’euro, à un moment où ce dernier reprend des couleurs. Le risque d’une chute de la livre en deçà de ses plus bas de l’automne dernier, soit sous 1,10 GBP/EUR serait dans le cas d’une perte de majorité absolue relativement élevé, ce mouvement ayant tout lieu de se produire en même temps qu’un reflux significatif des taux longs britanniques, en particulier des taux à 10 ans. Pas sûr que les indices boursiers apprécient.

Partager ceci :
Share