Ouragan ou non, l’inflation américaine est absente

Nous avions conclu à la suite des minutes du dernier FOMC que les données sur l’inflation viendraient départager les marchés sur les perspectives de la politique de la FED, c’est apparemment chose faite. La déception sur les statistiques de septembre a brutalement retenti sur les taux futurs, le dollar et les cours de l’or. L’effet des ouragans, censés avoir dopé les prix d’un certain nombre de biens et service, est à ce stade invisible. Hors l’impact de la remontée des prix du pétrole sur ceux des transports, l’inflation américaine reste désespérément amorphe, à 1,3 % pour sa composante hors énergie et alimentation.

L’inertie de la contribution des principaux postes de l’indice des prix à l’inflation annuelle est en effet remarquable, aucun mouvement un tant soit peu significatif n’étant observé à l’exception des transports -coût de l’énergie oblige.

Révélatrice du climat de défiance aujourd’hui en présence à l’égard de la possibilité d’une normalisation de l’inflation, la réaction des marchés peut paraître exagérée, au vu des bons chiffres de ventes de détail simultanément publiés. Il est vraisemblable néanmoins que cette réaction soit proportionnelle à l’importance que la FED est susceptible de donner aux chiffres d’inflation relativement à ceux de la consommation.

Partager ceci :
Share