Après l’effet Theresa May et l’effet Trump, les 30 jours d’Emmanuel Macron

Au cours des 30 jours qui suivirent l’élection de D. Trump, l’indice Dow Jones a progressé de 9 %, une évolution comparable à ce qu’avait connu le FTSE 100 anglais au cours du mois qui suivit l’arrivée de Theresa May. L’élection d’Emmanuel Macron pourrait-elle créer les conditions d’un appel d’air comparable pour le CAC 40 ? L’hypothèse est loin d’être saugrenue dans un contexte gorgé de liquidités, de regain d’appétit pour le risque et de recettes économiques du candidat indiscutablement appréciées des marchés.
Réservé aux abonnés

Non classé