Accumulation de mauvaises nouvelles en provenance de l’immobilier américain

Les ventes de logements neufs ont chuté de 9,4 % aux Etats-Unis en juillet, une bien mauvaise surprise tandis que le consensus s’attendait à une légère progression. Si la volatilité mensuelle de ces chiffres mérite de prendre quelques distances par rapport à cette annonce, il n’en reste pas moins que les statistiques en provenance du marché immobilier américain déçoivent depuis plusieurs mois maintenant et que l’éventualité d’une accélération de la dégradation de ce marché augmente irrémédiablement au fur et à mesure des mauvaises nouvelles : tarissement des crédits hypothécaires, essoufflement du sentiment des constructeurs, tassement des mises en chantiers…

Réservé aux abonnés

Non classé

Si le moral des industriels reste au beau fixe, les machines, elles, tournent toujours au ralenti… Quand le moral s’effiloche dans les services.

Les indices PMI du climat des affaires ont une nouvelle fois apporté leur lot de réconfort ce matin avec une progression du climat des affaires manufacturier en France comme en Allemagne de sorte que l’indicateur préliminaire pour l’ensemble de la zone euro renoue quasiment avec ses points haut de juin, à 57,4 points, un record depuis 2011, tandis que ce même indicateur n’était encore que de 51,7 points en août 2016.

Lire la suite (libre)

 

Non classé

SAVE THE DATE – 14/09/17

A l’occasion de la mise à jour trimestrielle de notre scénario macro-économique et financier, nous avons le plaisir de vous inviter à la présentation petit-déjeuner du 14 septembre sur le thème : 

Bourrasques de rentrée

Six années, le temps qu’il a fallu à l’économie mondiale pour délivrer des signes de reprise un tant soit peu tangibles. Quelques semaines, celui qu’il faudrait pour que tout s’évapore. La balle est dans le camp des politiques.

Sauront-ils se ressaisir ? 
Réservé aux abonnés

Non classé

Rester investi ou attendre une correction plus ample avant de racheter les indices européens ?

Finira-t-on par avoir raison ? L’avenir le dira. Mais ce qui est certain c’est que nous nous sommes bel et bien trompés depuis le mois de juin en prévoyant une poursuite de la hausse des marchés européens. Seule consolation, la performance de l’Eurostoxx en dollars est un peu plus clémente, en hausse de 1,7 % entre le 31 mai et le 17 août, au terme d’évolutions quasi-identiques de part et d’autre de l’Atlantique durant cette période. L’excuse est toutefois difficilement recevable pour ce qui nous concerne, notre scénario de taux de changes s’étant caractérisé depuis le début de l’année par l’anticipation d’une appréciation de l’euro tout à fait conforme à l’évolution constatée vers 1,18USD.

Réservé aux abonnés

Non classé

Minutes de la BCE : « Promis on ne nous y reprendra pas »… ou, les leçons de Sintra

Assurément, la réaction des marchés aux propos de Mario Draghi lors du symposium de Sintra de la fin juin ont marqué les esprits des membres du board de la BCE, dont on comprend à la lecture du compte-rendu du comité de politique monétaire du 20 juillet que cet épiphénomène a fait l’objet de bien des échanges. Résultat, la BCE considère de bon ton de renforcer sa méthode de communication et de veiller à faire évoluer son langage de manière progressive afin de prévenir les risques de surréaction futurs, tout en préparant le terrain à un éventuel changement de cap lorsque celui-ci sera jugé nécessaire. Rien de cela, toutefois, à l’ordre du jour à ce stade.

Réservé aux abonnés

Non classé

Eclipse totale à Jackson Hole

Traditionnellement rythmée par le calendrier des comités de politique monétaire des banques centrales, la vie des marchés financiers doit maintenant compter avec leurs symposia annuels. Fin juin, la quatrième édition de celui de la BCE, au Portugal, a laissé des traces dont les investisseurs se souviennent. En évoquant la possibilité d’une diminution plus rapide que prévu de son soutien monétaire, le président de la BCE a provoqué une mini bourrasque sur les marchés, à l’origine, malgré les précisions et rectifications apportées dès le lendemain, d’un net repli de l’Euro stoxx 50 dans les jours qui suivirent, de plus d’un doublement des taux d’intérêt à 10 ans allemands de 0,25 % la veille du symposium à 0,59 % deux semaines plus tard,

Réservé aux abonnés

Non classé

Absence d’inflation et risque politique coupent l’herbe sous le pied des banques centrales

Les indicateurs de l’été ont plutôt rassuré sur la conjoncture mondiale. Si les consommateurs ont trainé des pieds, les entreprises ont repris le chemin de l’investissement et de l’emploi. Manque toutefois la composante inflationniste pour donner aux banques centrales la latitude nécessaire pour s’engager vers une réduction de leur soutien. Sur ce point, le diagnostic s’est aggravé cet été quand, par ailleurs, les sujets de crispations politiques se sont multipliés. Principal soutien à la valorisation des actifs, le bas niveau des taux d’intérêt semble devoir durer. Pas sûr toutefois que ce garde-fou soit aussi efficace face au risque que fait planer le président américain sur la scène internationale.

Réservé aux abonnés

BMG Juillet 2017 – L’investissement dope notre indicateur avancé d’activité

Notre indicateur d’activité rebondit en juillet, à 0,5 après 0,1 en juin et 0 en mai. L’amélioration des données américaines et celle, généralisée, des tendances de l’investissement et des exportations, expliquent ce bon résultat malgré des statistiques médiocres du côté de la consommation.

Notre indicateur d’inflation ressort, quant à lui, en territoire légèrement positif après deux mois de retrait, oscillant néanmoins sans réelle tendance ces trois derniers mois.

Réservé aux abonnés

Non classé