L’or, une protection sans égale dans la situation présente

Malgré sa piètre performance récente, l’or semble bien en passe de retrouver sa qualité de valeur refuge face à l’accélération de la correction de la plupart des autres actifs financiers. Il est, certes, encore tôt pour envisager que le métal précieux s’apprécie au-delà de 1 340 $ (contre 1 230 $ aujourd’hui), compte-tenu, notamment, de l’incertitude persistante au sujet de l’évolution des taux d’intérêt réels américains et des effets pénalisants du repli des métaux industriels et des marchés émergents sur le ses cours. La fragilité du Nasdaq et l’aversion concomitante pour le risque, devraient toutefois suffire à porter l’or vers cet objectif avant, le cas échéant, d’envisager qu’il remonte bien au-delà.


Réservé aux abonnés

Nette détérioration de la conjoncture chinoise au 3ème trimestre

Sans réelle surprise, compte-tenu des indicateurs récents, la situation économique chinoise s’est nettement dégradée au troisième trimestre.

Durant cette période, le PIB réel aurait augmenté de 1,6 %, après 1,7% au deuxième trimestre (chiffre initialement annoncé à 1.8 %). En glissement annuel, ce résultat se traduit par une croissance 6,5 %, après 6,7 %, contre 6,6 % prévu par le consensus de marché. Il s’agit du résultat le plus faible depuis 2009 où la croissance avait atteint 6,2 %.

Lire la suite…

Dangereux excès de zèle de la Commission Européenne

Italie, Belgique, Espagne, France… la liste des pays dans le viseur de la Commission européenne faute de suivre leur feuille de route budgétaire pour 2019 s’allonge de jour en jour, à un moment critique où les risques de contagion de la crise italienne s’amplifient au fur et à mesure des déceptions sur la conjoncture et l’inflation et à l’approche de la fin supposée du programme d’achats d’actifs de la BCE.

Lire la suite…

Zoom arrière Octobre 2018 – Impossible remontée des taux d’intérêt

Mi-septembre, les marchés surfaient sur les bons résultats américains et l’espoir que ceux-ci entrainent l’économie mondiale. Malgré de médiocres nouvelles en provenance des pays émergents et de la zone euro, l’éloignement des promesses d’accord entre l’UE et le Royaume-Uni, la confrontation du gouvernement italien avec les autorités européennes, le temps était à la confiance. Fin septembre, l’indice Dow Jones gravissait de nouveaux sommets, le dollar avait le vent en poupe et les indices européens semblaient en passe de dépasser leurs niveaux du début d’année. En l’absence d’inflation, le risque monétaire était contenu. Malgré la révision à la hausse de son scénario de croissance, la FED maintenait inchangées ses perspectives sur les Fed Funds. La BCE, de son côté, semblait sereine, ses prévisions de croissance inchangées et les risques « globalement équilibrés ».

Si le discours des banques centrales évoluait peu, les taux d’intérêt à terme prenaient acte de ce qui paraissait une amélioration acquise des perspectives de croissance et d’inflation. Début octobre le rendement des T-Notes à 10 ans franchissait le seuil de 3 % puis de 3,20 % après l’annonce d’une nouvelle baisse du taux de chômage. Dans son sillage, le taux de l’OAT à 10 ans flirtait les 90 points de base, niveau qui n’avait pas été revu depuis début mars, malgré les tensions en Italie où les taux à 10 ans s’étaient envolés à plus de 3,50 %. La réaction des bourses à ce contrecoup n’a pas tardé. La semaine qui suivit, les indices mondiaux enregistraient des corrections massives, affectant les secteurs jusqu’alors les plus performants (nouvelles technologies et luxe) comme les valeurs déjà pénalisées de l’automobile ou des banques. Le mouvement mit un coup d’arrêt immédiat à la hausse des taux futurs…

Réservé aux abonnés

Non classé | 0

Le point après le coup de semonce des marchés

Rappelez-vous l’Annapurna, image mise en avant en fin d’année dernière pour qualifier nos perspectives 2018. À cette altitude, la tentation est grande de tenter l’ascension du toit du monde, mais les pertes sont élevées et les faux pas, trop souvent, fatals. La faille de la semaine écoulée semble pouvoir être surmontée mais le terrain reste éminemment instable et les retardataires sont loin d’être sortis d’auberge. Où en sommes-nous en matière de balance des risques et sur quels éléments centrer l’attention ?

Réservé aux abonnés

À la question, quelle hausse des taux d’intérêt les bourses mondiales peuvent elles supporter, les marchés ont répondu…

Il s’agissait de la question centrale posée à tout économiste et responsable de politique monétaire ces dernières semaines face à la multiplication des signes d’emballement de la croissance américaine et au diagnostic d’un incontournable changement de cap monétaire censé s’ensuivre : quel degré de remontée des taux d’intérêt les marchés boursiers pourraient-ils absorber après dix années sous perfusion d’hyper liquidités et de taux d’intérêt mondiaux historiquement bas ? La réponse semble avoir été donnée ces derniers jours et confirme ce que l’on pouvait soupçonner : la marge de hausse des taux d’intérêt acceptable par les bourses mondiales est… proche de zéro.
Réservé aux abonnés

Italie, périlleux bras de fer entre la BCE et les marchés

Un écart d’un point de PIB par rapport aux engagements ; soyons sérieux, rien ne justifie que les annonces du gouvernement italien provoquent un vent de panique sur les marchés et valeurs bancaires. À moins que les marchés ne profitent de cette occasion pour tester la BCE et peut-être, au-delà, l’équilibre des forces au niveau de la Commission européenne en ces temps troublés de veilles d’échéances cruciales concernant la future gouvernance européenne. À ce jeu-là, la partie pourrait se compliquer davantage avant de trouver la voie d’un compromis.
Réservé aux abonnés

L’Asie sombre, cela devrait caper la hausse des taux américains

La détérioration des indicateurs économiques en provenance d’Asie s’est singulièrement accélérée ces derniers mois. Ce constat est inquiétant à plus d’un titre. Tout d’abord pour la situation asiatique elle-même. Au vu des derniers indicateurs, plusieurs pays pourraient, en effet, faire face à un risque de récession. Ensuite, pour ce qu’elle nous susurre des tendances de la conjoncture internationale : par leur importance dans le commerce, les économies d’Asie du sud offrent traditionnellement des indications très fiables de l’évolution de la demande mondiale ; la chute des PMI composites singapourien et hong-kongais en septembre, deux des premières plateformes du commerce intra régional asiatique est, à ce titre, préoccupante. Par ailleurs, le fait que cette dégradation intervienne précisément au moment où l’économie américaine, de son côté, donne de plus en plus de signes d’emballement, pose bien des questions. Rares ont été par le passé les occasions de constater de tels écarts de tendance entre les deux blocs.

En l’absence de resynchronisation rapide, il fait peu de doutes que les économies asiatiques seront d’autant plus exposées à la remontée des taux d’intérêt américains. Cette situation pourrait, par ricochet, soit considérablement réduire le potentiel de hausse de ses derniers, soit considérablement fragiliser l’environnement financier international… Ce qui in fine aboutirait au même effet, à savoir caper la hausse des taux d’intérêt.


Réservé aux abonnés