BMG Mars 2018 – Notre baromètre global s’enfonce davantage en mars

Notre indicateur d’activité se dégrade davantage en mars, à -0,5 après un fort repli confirmé en février, à -0,4. L’environnement est moins négatif du côté de la production et du climat des affaires mais se détériore sur le front de la consommation et, plus encore, à l’exportation.

Coté investissement, le contexte devient moins porteur, notre indicateur synthétique retombant à zéro pour la première fois depuis mars 2017.

L’environnement sur le front de l’inflation se stabilise.

Sur les marchés financiers, mars a été un nouveau mois de déboires au cours duquel, les grands indices mondiaux ont accusé de nouvelles pertes, quand bien même légèrement moins importantes qu’en février.

– Entraînes à la baisse par les valeurs technologiques, les marchés américains ont été les plus grands perdants mais rares sont les indices ayant échappé à une correction d’ampleur à l’exception du MIB italien, du Kospi sud coréen et du Bovespa brésilien.

– Après leurs forts replis de janvier et février, les marchés souverains se sont nettement récupérés et terminent en territoire très positif, les marchés émergents parvenant également à profiter de la tendance au rétablissement après deux mois très sanctionnant

– Le regain d’aversion pour le risque a néanmoins lourdement pesé sur le marché du crédit corporate, les compartiments high yield enregistrant pour la plupart d’importants dégagements.

– Malgré ce contexte, les cours du pétrole se sont récupérés en mars tandis que l’or perdait du terrain, pour partie grace à la stabilisation du dollar (ICE).

– En Europe, la correction n’a épargné que peu de secteurs à l’exception des plus sensibles aux taux d’intérêt -utilities et immobilier au premier rang.

Télécharger le baromètre

Partager ceci :
Share