La croissance décolle en Allemagne, l’Euro suit. M. Draghi a bien fait de fixer le cap !

À 0.8 % au troisième trimestre, la croissance du PIB allemand excède largement ce que laissaient envisager les indicateurs mensuels à disposition (0,6 % selon le consensus). La production industrielle a, en effet, progressé moitié moins rapidement au troisième trimestre qu’au deuxième (0,9 % après 1,9 %) tandis que les ventes au détail ont plutôt perdu de leur vigueur par rapport au printemps. Selon le communiqué officiel, c’est du côté extérieur que proviennent les bonnes surprises, l’apport représenté par les exportations ayant sans doute été consolidé par des importations moins dynamiques au cours de la période.

Réservé aux abonnés

Le regain de pricing power, un euphorisant pour le moral des entreprises, mais encore ?

À en juger par les derniers éléments d’enquêtes publiés ce matin en France et en Allemagne, le moral des industriels reste au beau fixe en Europe. Peut-on, toutefois, prendre pour argent comptant ces résultats ? Amorcée en début d’hiver, l’embellie du climat des affaires n’a guère produit les effets escomptés sur l’économie réelle jusqu’à présent. Nous avons suspecté des effets-prix derrière ces distorsions. Avec le recul, ceux-ci sont aujourd’hui clairement identifiables à travers une analyse détaillée des perspectives de prix.

Réservé aux abonnés

Il ne se passe absolument rien en Allemagne

Les statistiques allemandes suscitent beaucoup de commentaires. Après la brutale chute de 7,4 % des commandes d’hier, le rebond de 2,8 % de la production industrielle annoncé ce matin est encensé. Pour autant, à y regarder de plus près, il ne se passe pas grand-chose sur le front de l’industrie allemande, rien qui ne suggère, à ce stade, une quelconque normalisation de la dynamique industrielle en Allemagne.

Réservé aux abonnés

UEM – Des déceptions sans conséquences ; l’euro et les taux ont le vent en poupe !

L’indice IFO du climat des affaires en Allemagne et l’enquête mensuelle de l’INSEE en France ont quelque peu déçu ce mercredi. Le repli des perspectives manufacturières de l’IFO tranche avec l’excellente tenue des PMI de ces derniers mois tandis qu’en France, la forte baisse du climat des affaires dans les services, relatée par l’INSEE (- 4 points), est en parfaite déconnexion avec le rebond de l’indice PMI des mêmes activités de services. Ces déceptions n’ont guère gêné le DAX qui s’est adjugé une progression de plus de 1,8 % dans la journée de mercredi quand, de leur côté, les taux d’intérêt allemands à long terme sont remontés de plus de cinq points de base, franchissant, à plus de 0,46 %, leur plus haut niveau depuis plus d’un an…

Réservé aux abonnés

Inflation allemande, c’est pas fini !

L’inflation annuelle allemande a plus que doublé en décembre, passant de 0,8 % le mois passé à 1,7 %, soit son plus haut niveau depuis l’été 2013. Les effets combinés d’une forte hausse des prix de l’énergie, de 2,3 % sur le mois, d’une hausse significative des prix des produits alimentaires, de 0,9 %, et vraisemblablement d’éléments supplémentaires que révéleront les statistiques détaillées dans les jours à venir, expliquent ce résultat.


Réservé aux abonnés