BMG Octobre 2018 –Notre baromètre frémit et sa moyenne de 3 mois aussi

Notre baromètre se reprend légèrement en octobre, à -0,5 après -0,6,  ce qui permet à sa moyenne sur 3 mois de se redresser pour la première fois depuis le mois de mai, grâce à une amélioration  du climat des affaires et de la production industrielle. L’environnement sur le front de la consommation et de l’investissement reste cependant négatif et l’on note peu d’évolution à l’exportation. Par ailleurs, le momentum de l’inflation revient en zone de neutralité partout, sauf en zone euro.

Réservé aux abonnés

BMG Septembre 2018 – Fragile stabilisation du momentum conjoncturel

Les mauvais résultats sur le front de l’investissement et des exportations en zone euro et en Chine maintiennent notre baromètre en territoire négatif en septembre, à -0,5 après -0,4 en août (révisé à la hausse). Le momentum conjoncturel se stabilise en revanche au Japon et se redresse aux Etats-Unis, sous l’effet notamment des exportations. En septembre, notre indicateur d’inflation se redresse, à 0,8 après 0,3 en août, sous le coup d’une montée généralisée.

Réservé aux abonnés

BMG Août 2018 – Les chances de reprise s’amenuisent sérieusement

Notre baromètre d’activité reste faible en août, à -0,8 après -0,9, et enregistre ainsi son plus faible niveau lissé sur trois mois depuis sa création mi-2015. La correction en cours est brutale, notamment pour ce qui concerne le contexte de l’investissement et du commerce international ; un ensemble de moins en moins compatible avec le scénario d’une reprise au second semestre. Notre baromètre d’inflation reflue partout pour finir en zone de neutralité, à 0,2 après 1,1.

Réservé aux abonnés

BMG Juillet – Un nouveau cran plus bas côté activité, accélération côté inflation

La dominante violette de notre baromètre ne trompe pas malgré un repli modéré de notre indicateur synthétique d’activité, de quatre dixième en juillet, à -0,6. Détérioration du momentum du côté du climat des affaires et de l’environnement de l’investissement expliquent ce nouveau fléchissement. 
Après avoir stationné en zone neutre ces deux derniers mois, notre indicateur d’inflation remonte en zone d’accélération, les Etats-Unis en tête. 

Réservé aux abonnés

BMG Juin 2018 – Après une pause en mai, notre baromètre reflanche en juin

Après une stabilisation en mai, notre baromètre d’activité global flanche à nouveau en juin sous l’effet d’un net repli de ses composantes climat des affaires/ production et consommation qu’expliquent pour l’essentiel la détérioration du momentum des statistiques américaines et, dans une moindre mesure, chinoises. Après plusieurs mois de hausse solide, notre indicateur d’inflation revient – sans doute temporairement- en zone de neutralité dans tous les pays sous revue en juin.

Réservé aux abonnés

BMG Mai 2018 – La correction conjoncturelle marque le pas, l’inflation accélère

En mai, notre baromètre global se redresse légèrement, bien qu’en territoire encore légèrement négatif pour le 4ème mois consécutif, à -0,1. Malgré du mieux à l’exportation, la nette dégradation de l’environnement à l’investissement et des indices de consommation toujours médiocres pèsent sur notre indice. Notre indicateur d’inflation, revisé en baisse en avril regrimpe à 0,8 en mai sous le coup d’une accélération généralisée, Chine excepté.

Réservé aux abonnés

BMG Avril 2018 – Activité morose, inflation en hausse selon notre baromètre mensuel

Notre indicateur d’activité se stabilise en territoire légèrement négatif à -0,3 en avril, comme la plupart de ses composantes. Après plus d’un an de progression notre baromètre de l’investissement bascule également, à -0,2, sous l’effet d’une baisse générale, particulièrement forte en zone euro. Notre indicateur d’inflation se redresse nettement en avril après plusieurs mois de stabilité ou de repli, à 1,1, son plus haut niveau depuis novembre.

Réservé aux abonnés

BMG Mars 2018 – Notre baromètre global s’enfonce davantage en mars

Notre indicateur d’activité se dégrade davantage en mars, à -0,5 après un fort repli confirmé en février, à -0,4. L’environnement est moins négatif du côté de la production et du climat des affaires mais se détériore sur le front de la consommation et, plus encore, à l’exportation.

Coté investissement, le contexte devient moins porteur, notre indicateur synthétique retombant à zéro pour la première fois depuis mars 2017.

L’environnement sur le front de l’inflation se stabilise.

Réservé aux abonnés