Eclipse totale à Jackson Hole

Traditionnellement rythmée par le calendrier des comités de politique monétaire des banques centrales, la vie des marchés financiers doit maintenant compter avec leurs symposia annuels. Fin juin, la quatrième édition de celui de la BCE, au Portugal, a laissé des traces dont les investisseurs se souviennent. En évoquant la possibilité d’une diminution plus rapide que prévu de son soutien monétaire, le président de la BCE a provoqué une mini bourrasque sur les marchés, à l’origine, malgré les précisions et rectifications apportées dès le lendemain, d’un net repli de l’Euro stoxx 50 dans les jours qui suivirent, de plus d’un doublement des taux d’intérêt à 10 ans allemands de 0,25 % la veille du symposium à 0,59 % deux semaines plus tard,

et d’une nette accélération de la hausse du cours de l’euro que les développements de l’été n’ont cessé de renforcer par la suite, l’euro-dollar flirtant les 1,19 USD le 3 août, un plus haut depuis janvier 2015 -avant que la BCE n’initie sa politique de quantitative easing.

Lire la suite (libre)

Partager ceci :
Share