Jusqu’où les taux longs peuvent-ils rebaisser sans heurter les indices actions ?

Coup de théâtre politiques à répétition, contorsions des banques centrales et reflux des cours du pétrole semblent avoir eu raison de la perspicacité des marchés obligataires. Après un repli marqué en fin d’année dernière, alors que s’évacuaient les stigmates d’une déflation rampante, les marchés obligataires doutent, les anticipations d’inflation retombent et la remontée des taux d’intérêt réels s’est interrompue au beau milieu du chemin vers leur normalisation.

Réservé aux abonnés

Non classé