M. Draghi : qui s’y frotte s’y pique, ou s’y piquera

Ardent défenseur de la monnaie unique, Mario Draghi est prêt à affronter ses détracteurs et déploiera si nécessaire plus de moyens encore, jusqu’à accroitre, le cas échéant, son programme d’achats d’actifs. Quant aux taux directeurs ils resteront là où ils sont, ou plus bas encore, pour une période prolongée, et « bien au-delà de l’horizon fixé pour les achats nets d’actifs ». Sans directement le mentionner, c’est bien le risque politique -et les attaques contre la monnaie unique- que cible le président de la BCE à la veille d’échéances électorales que beaucoup redoutent, les premières étant les élections législatives néerlandaises du 15 mars, suivies des présidentielles puis législatives en France.

Télécharger l’article (libre)

Non classé