M. Draghi avait oublié le change le mois dernier…

Face à l’embellie des perspectives européennes et mondiales, Mario Draghi a récemment mis en sourdine le risque de volatilité du taux de change de l’Euro qu’il avait présenté à la fin de l’été comme un des facteurs clés de l’orientation de la politique de la BCE. Les raisons d’envisager un prolongement du programme d’achat d’actifs sont, dès lors, difficiles à trouver et la BCE jugera sans doute utile de préciser cet état de fait. Reste l’épineuse question, du comment procéder et du risque d’emballement des marchés.

Réservé aux abonnés

Puigdemont laisse la voie libre à la BCE

C’est vraisemblablement ce que retiendront les marchés, à court terme, de l’allocution du président de la Catalogne devant le parlement régional.

Si la situation espagnole est loin d’être éclaircie, le scénario du pire qu’aurait été celui de la proclamation d’une république indépendante de Catalogne, est écarté. Durant son discours, le président Catalan n’a pas remis en cause les résultats de la consultation du 1er octobre qui, selon lui, ont donné à la région le droit à son indépendance et a affirmé que « la Catalogne sera une république indépendante ». Toutefois, afin de laisser le temps au dialogue et à la médiation, il a demandé la suspension sine die de la loi adoptée en septembre dernier qui imposait la déclaration d’une république indépendante dans les deux jours suivant le référendum en cas de résultat positif. En procédant de la sorte Puigdemont limite -sans évacuer totalement- la possibilité pour Madrid d’utiliser l’article 155 de la Constitution qui permettrait à l’État central de reprendre le contrôle de la région.

Cette stratégie, plutôt que celle de l’affrontement aux conséquences imprévisibles, éloigne le spectre d’une crise imminente, quand bien même nul ne peut dire à ce stade quels seront les développements à venir dans le scénario le plus probable, celui d’une fin de non-recevoir de Madrid aux demandes de dialogue.

Le dossier est donc loin d’être clos et animera vraisemblablement encore longtemps la vie politique en Espagne. Il devrait toutefois être beaucoup plus facile à la BCE de passer outre ces menaces qu’en cas de crise avérée, au moment où cette dernière s’apprête à communiquer sur sa stratégie monétaire de l’année 2018 au terme de son prochain comité de politique monétaire du 26 octobre. Alors que les voix des membres de la BCE en faveur d’une réduction programmée de ses achats d’actifs se multiplient, l’atténuation du risque de crise imminente en Espagne a toutes les chances de peser en leur faveur. L’euro, dont le cours a déjà réagi positivement au discours du président catalan, devrait en sortir renforcé en même temps que le niveau des taux futurs dont on peut légitimement envisager qu’ils se retendent dans les jours à venir.