La FED pourrait-elle être plus « colombe » qu’attendu et ne pas modifier ses prévisions de hausse des taux ?

Avec trois réunions de banques centrales cette semaine, il serait étonnant qu’aucune ne surprenne par une communication plus ou moins « colombe » ou « fauconne », susceptible d’avoir des effets contrariants par rapport aux attentes. Des différents risques qu’inspirent la situation actuelle, c’est du côté de la FED que semble résider le plus inattendu, celui d’une FED in fine plus « dovish » qu’envisagé.

Réservé aux abonnés

Décidément pas bons les PMI du mois de mai

Les mauvaises nouvelles ont commencé au Japon ce matin avec un nouveau repli de l’indicateur manufacturier, de 1,3 points en mai, à 52,5, son plus faible niveau depuis août, à l’origine d’un fort repli des taux longs nippons. Elles se sont poursuivies en zone euro avec un nouveau repli du PMI manufacturier allemand de 1,3 point également, à un plus bas de quinze mois -quand bien même très supérieur au japonais-, de 56,8, inférieur de 6,5 points à son point haut de décembre. Dans un tel contexte, le léger rebond de l’indice français, peine à consoler, ceci d’autant que le PMI services, lui, s’effondre de 3,1 points, une correction de rare ampleur comparable à celles observées pour la dernière fois en 2012.

Lire la suite…

Après l’inflation et les ventes au détail, le PIB britannique porte sans doute un coup fatal aux perspectives de hausse des taux de la Banque d’Angleterre

Au premier trimestre, la croissance du PIB réel britannique n’a pas dépassé 0,1%, soit nettement moins que les 0,3 attendus, après une progression de 0,4% au quatrième trimestre 2017.

Malgré deux trimestres revigorés, l’économie britannique n’a pas progressé de plus de 1,2% au cours de l’année écoulée, sa plus faible performance depuis 2012.

Réservé aux abonnés

À 0,25 %, la croissance rabougrie du PIB français du premier trimestre remet en jeu les perspectives 2018

Ce n’est une surprise pour personne, la croissance du premier trimestre a décroché. Si l’arrondi sauve l’honneur, avec une première estimation à 0,3 %, c’est de justesse ; une bien maigre consolation toutefois à en juger par les détails de cette première publication qui, malgré le tassement de la demande domestique, n’offre même pas le réconfort d’une contribution positive des échanges extérieurs.

Réservé aux abonnés

La production allemande chute, sans surprise !

Comme redouté, la situation conjoncturelle de l’Allemagne se détériore nettement en ce début d’année . En février, la production a enregistré un repli de 1,6 % par rapport au mois précédent, après une quasi-stagnation en janvier. Les conditions climatiques ayant sollicité un fort rebond de la production d’énergie, les résultats dans les autres secteurs sont plus mauvais encore. L’indice de référence de la production hors construction se replie quant à lui pour le troisième mois consécutif, enregistrant ainsi sa cinquième baisse en six mois…

Lire la suite…

Données européennes – au-delà du satisfecit

Des données publiées ces deux derniers jours en zone euro, il ressort plusieurs sources de satisfaction mais, également, un certain nombre d’interrogations auxquelles les réponses apportées par les économistes feront toute la différence sur les perspectives. Malgré le satisfecit sur les tendances en cours, la BCE n’a pas les garanties nécessaires pour changer son fusil d’épaule.

Réservé aux abonnés

Récession : nul n’y échappe, pas même l’Allemagne

Télécharger l’article

Les statistiques de ces dernières vingt-quatre heures finiront par avoir raison du consensus : l’Europe est bel et bien en récession et aucun pays n’y échappe, en témoigne l’enquête IFO du mois de juillet qui valide avec force le scénario qui apparaît, depuis déjà le début du printemps, comme inéluctable. La concrétisation de cette situation est un sérieux avertissement pour le consensus qui, au mois de juillet, tablait encore sur une amélioration des perspectives à horizon 2013 avec une croissance de 0.5 % pour la zone euro dans son ensemble, dont 1.3 % pour l’Allemagne et 0.7 % pour la France ! Elle devrait avoir l’effet d’un électro choc sur les prévisions à venir mais l’inertie étant ce qu’elle est, sans doute faudra-t-il attendre les mois de novembre ou décembre pour que le consensus finisse par se rendre à l’évidence : celle de la diffusion de la récession des pays du sud de l’Europe à tous les pays de la région sans exception en 2013 et d’une situation souveraine de plus en plus inextricable.