Postview Inflation Royaume-Uni : La décélération s’accentue

L’inflation au Royaume-Uni en septembre a ralenti à 2.4% en g.a. après 2,7 % le mois précédent. Un chiffre en ligne avec nos attentes mais très en deçà de celles du consensus (2,6 %). La surprise à la baisse est venue de l’alimentation mais aussi de l’inflation sous-jacente qui reprend son mouvement de ralentissement après le rebond temporaire du mois d’août ; un résultat à même de tempérer les craintes de la Banque d’Angleterre sur les risques de hausses des pressions inflationnistes domestiques.

L’inflation RPI a aussi ralenti à 3.3% en g.a après 3,5 %, en deçà des attentes du consensus pour un chiffre stable.

La décélération des prix de l’énergie se fait attendre

L’inflation de septembre a fortement surpris à la baisse et le risque aurait pu être pour une décélération plus marquée sans l’impact des hausses des tarifs de l’électricité et du gaz (+1,5 % m/m). En conséquence, malgré un ralentissement en glissement annuel des prix des carburants grâce aux effets de base (de 12,2 % à 11,3 %), la hausse des prix de l’énergie s’est accélérée pour retrouver ses points hauts de juillet à 9,3 % en g.a. (8,9 % en août).

Au cours des prochains mois, l’évolution des prix de l’énergie sera quelque peu erratique. En octobre, ceux-ci devraient de nouveau accélérer dans le sillage de la hausse récente des prix des carburants avant une décélération plus marquée vers la fin de l’année et le premier semestre de l’année prochaine à travers les effets de base.

Les prix de l’alimentation se retourne et l’inflation sous-jacente glisse sous les 2 %

Une bonne nouvelle pour le pouvoir d’achat des ménages britanniques, les prix de l’alimentation ralentissent à 2,3 % en g.a. après 2,9 % le mois précédent et des points hauts à plus de 4 % il y a un an. Ce retournement semble bien ancré, touchant à la fois les produits frais et ceux transformés. La hausse des prix de l’alimentation a été très pénalisante depuis un an. L’impact des effets de base devrait, comme pour l’énergie, favoriser la poursuite du ralentissement et contribuer ainsi à la décélération de l’inflation totale sur les prochains mois.

Alors que dans son dernier « Inflation Report » en août, la Banque d’Angleterre s’inquiétait encore du risque d’une accélération sous-jacente consécutive à celle des salaires, le chiffre de septembre prend le contrepied. Depuis des points hauts autour de 2,7 % en g.a. en début d’année, l’inflation sous-jacente s’est inscrite dans une tendance baissière, glissant sous les 2 % en septembre à 1,9 %. Elle est donc revenue dans l’objectif de stabilité des prix de la banque centrale. Cette décélération est marquée car elle touche à la fois les prix des biens industriels hors énergie (1,2 % après 1,5 % en g.a.) et ceux des services (2,4 % après 2,5 % en g.a.)

Au total, si l’impact des effets de base des prix de l’énergie sur l’inflation totale se fait quelque peu attendre, le retournement des prix de l’alimentation et la décélération de l’inflation sous-jacente viennent conforter notre scénario d’un ralentissement graduel de l’inflation au cours des prochains mois vers 2,2 % en fin d’année et 2 %, voire légèrement en dessous, d’ici un an, à taux de change constant… Ces projections, en deçà de celle de la Banque d’Angleterre, n’anticipent pas un retour de l’inflation vers 2 % avant 2020 qui, si elles se confirment, devraient tempérer sa volonté de remonter ses taux.

Partager ceci :
Share

Laisser un commentaire